Fermer
Fermer
Retour

Révélations Classiques de l’Adami

8 jeunes solistes : 4 artistes lyriques et 4 artistes instrumentistes à découvrir dans trois rendez-vous publics et professionnels de renom.

Les lauréats 2018

  • Les artistes lyriques

La soprano Hélène Carpentier découvre le chant à Amiens où elle rencontre Marie-Dominique Loyer, son actuelle professeure et coach. Elle passe d’abord un an au sein de la Maîtrise Notre-Dame de Paris, puis en 2016 elle est admise au CNSMDP. En 2017, elle chante le rôle de Gabriel dans La Création de Haydn sous la direction de David Reiland ainsi que celui d’Hanna Glawari dans die Lustige Witwe de Lehàr au CNSMDP. Lauréate de plusieurs concours de chant en 2017, comme celui de Marmande, Avignon et Bordeaux elle se voit décerner en février 2018 le 1er Prix et le Prix de la meilleure interprétation du répertoire français lors du grand concours « Voix Nouvelles 2018 ». Lors de la saison 2018/2019, elle sera entre autres, Micaëla dans Carmen de Bizet à l’Opéra de Rouen et au Théâtre des Champs Élysées et participera à la tournée de concerts des lauréats du concours Voix Nouvelles dont le premier concert aura lieu le 24 septembre 2018 au Théâtre des Champs Élysées.

Né à Lyon, Julien Henric, débute le chant lyrique comme ténor. Après plusieurs années dans la classe de Pierre Ribemont au CRR de Lyon, il est admis au CNSMDL dans la classe de Nicholas Isherwood en 2017. Musicien hétéroclite, il croise le répertoire baroque (Bach, Purcell), classique (Glück, Mozart), romantique (Verdi, Puccini, Bizet) et approche également le lied (Schumann, Schubert). Il est finaliste du Concours Raymond Duffaut à Avignon en 2016 et en 2017. Il participe à des masterclasses avec Daniel Lichti, Roberto Scandiuzzi et Anaïk Morel autour des répertoires français, italien et allemand. En 2018 et 2019, il interprétera en soliste la Petite Messe Solennelle (Rossini), la Messe en Ut mineur (Mozart), la Messe de Requiem (KV. 626) (Mozart), Le Messie (Haendel), La passion selon St Jean (Bach), ainsi que les rôles d’Alfredo dans La Traviata (Verdi) et de Polidoro dans Il flaminio (Pergolesi). Il donnera également les Dichterliebe de Schumann.

Diplômée de l’École Normale de Musique de Paris, la mezzo-soprano corse Eléonore Pancrazi a remporté de nombreux prix (concours de Marmande, Nîmes, Arles, Cesti à Innsbruck). Élève de l’Opéra Studio de Lyon et de l’Académie de l’Opéra-Comique de Paris, on l’a entendue sur scène dans Hansel et Gretel (Hansel), Falstaff de Salieri (Mrs Slender), L’Heure espagnole (Concepción), Gianni Schicchi (La Ciesca), Katia Kabanova (Varvara), Les Mousquetaires au Couvent (Louise), Le Nozze di Figaro (Cherubino), Il Barbiere di Seviglia (Berta) et Trouble in Tahiti de Leonard Bernstein (Dinah). Elle a travaillé avec Ludovic Tézier, Felicity Lott, François Le Roux, Renéy Jacobs, Marc Minkowski, Christophe Rousset. Elle sera bientôt Le Prince (Cendrillon) au Festival de Glyndebourne, Orsini (Lucrezia Borgia) au Capitole de Toulouse et à la Philharmonie de Moscou, et Orphée à l’Opéra de Clermont-Ferrand.

Timothée débute le chant au CRD de Pontivy dans la classe d’Agnès Brosset. Très vite il rejoint le chœur de l’Opéra de Rennes et l’ensemble vocal Mélisme(s). Il intègre ensuite le CNSMD de Lyon dans la classe de Françoise Pollet puis y suit l’enseignement de Mireille Delunsch. Il participe à de nombreuses Master Classes dans lesquels il profite des conseils d’Alain Garichot, Jean-Luc Chaignaud ou encore Daniel Salas. Il s’est produit en récital à l’Opéra de Rennes dans les Scottish Songs de Beethoven ainsi que dans un programme de mélodies françaises à l’Opéra de Lyon coordonné par Fabrice Boulanger. Il chante Carmina Burana et le Stabat Mater de Schubert avec l’orchestre symphonique de Vannes. Avec l’atelier lyrique du CNSMDL il est L’Horloge et le Chat dans L’Enfant et les sortilèges. En 2018 il remporte le 2e prix au concours d’Arles, sur scène il chante le rôle de Belcore dans L’Elixir d’Amour, Moralès dans Carmen ou encore le rôle-titre de Don Giovanni à l’abbaye de Royaumont.

 

  • Les artistes instrumentistes

Raphaël Jouan est violoncelliste, il a suivi les cursus du conservatoire de Metz puis de Boulogne Billancourt. Il s’est ensuite perfectionné au CNSM de Paris dans la classe de Michel Strauss où il obtient en 2017 son Master. En 2018 il a été sélectionné par Gautier Capuçon pour sa Classe d’Excellence de Violoncelle à la Fondation Louis Vuitton. Partager et transmettre le plaisir de la musique résument ses motivations. Passionné de musique de chambre, il se produit dans des salles prestigieuses (Philharmonie de Paris, Opéra de Lyon…) et dans le cadre de festivals en France et à l’étranger (Les Folles Journées de Nantes, Varsovie et Tokyo, les Rencontres Musicales d’Evian, le Molaeb Festival…). En 2014, il fonde avec le pianiste Alexis Gournel et la violoniste Camille Fonteneau le Trio Hélios. Ils sont lauréats de nombreux concours (Illzach, Bellan, FNAPEC, AEAFC…) et ont remporté en avril dernier le 2e prix au Concours International de Musique de Chambre de Lyon. Le trio est en résidence au festival de la Roque d’Anthéron en 2015 et 2016 et au festival des Arcs depuis 2016.

Rodolphe Menguy est né en 1997. Il effectue actuellement ses études auprès de Denis Pascal et Varduhi Yeritsyan au CNSM de Paris où il a également obtenu les Prix d’Harmonie et de Contrepoint. Il a étudié auparavant au CRR de Boulogne Billancourt où il a obtenu son DEM de Piano ainsi qu’un DEM d’Orchestration. Durant son parcours musical, Rodolphe a pu bénéficier des conseils de Bruno Rigutto, Hortense Cartier-Bresson, Michel Beroff, Claire Désert, Jay Gottlieb… Il est lauréat des Concours Alain Marinaro, Claude Bonneton, Brind’herbe, Opus Yvelines, Flame… Il s’est produit plusieurs fois avec orchestre et a été invité au Festival Chopin, aux Lisztomanias, au Festival Ton Voisin, à la salle Gaveau, à Lyons la Foret… Il a participé à la série de concerts télévisés sur France 3 lors du bicentenaire de la naissance de Chopin. Il a participé en mars dernier à un concert hommage à Claude Debussy au Ministère de la Culture.

Diplômée du Conservatoire National Supérieur de Paris, Joséphine Olech occupe depuis 2017 le poste de flûte solo à l’Orchestre Philharmonique de Rotterdam (Pays-Bas), sous la direction de Lahav Shani. Durant ses études dans la classe de Sophie Cherrier et Vincent Lucas, Joséphine a remporté plusieurs prix internationaux, dont le 3e prix au Concours International du Printemps de Prague (2015), ainsi que le 1er prix et prix du public au Festival d’Automne des Jeunes Interprètes (2014). En parallèle à son activité de soliste, Joséphine a développé une passion pour la pratique orchestrale au sein de l’orchestre Royal du Concertgebouw d’Amsterdam, dont elle a été membre de l’académie de 2015 à 2016, et du Gustav Mahler Jugendorchester. Parmi ses partenaires de musique de chambre, on compte le pianiste Sélim Mazari, la harpiste Anaïs Gaudemard ou encore la flûtiste Juliette Hurel. Joséphine Olech est également membre du quintette à vents Odyssée et de l’Alma Mahler Kammerorchester, ensemble à géométrie variable qu’elle a cofondé en 2017 avec de jeunes musiciens professionnels venant de divers pays européens.

Issu d’une famille de musiciens, Alexandre a étudié le violon auprès d’Olivier Charlier au CNSMDP où il obtient son prix à l’unanimité du jury. Il a reçu régulièrement les conseils de Janos Starker avec son frère Aurélien Pascal à Paris, Bâle et Bloomington. Alexandre a une intense activité de soliste et de chambriste. On a pu l’entendre dans de prestigieux festivals tels que le Festival Berlioz, à Musique à l’Emperi, aux Flâneries de Reims, au Tanglewood Music Festival… et également dans des salles prestigieuses comme la salle Gaveau, le Victoria Hall, le Grand théâtre d’Aix en Provence, la Seine Musicale, les Nouveaux Siècles, et la Philharmonie de Paris. Il y partage la scène avec des solistes comme Daishin Kashimoto, Eric Le sage, Emmanuel Pahud, Pierre Fouchenneret, Lise Berthaud, Victor Julien-Laferrière. Il participe également à l’académie Seiji Ozawa depuis plusieurs années. Alexandre joue sur un violon Jean-Baptiste Vuillaume de 1852.

Retour en Haut