Fermer
Fermer
Retour
Retour
Tout savoir
sur l’Adami
Tout savoir
sur l’Adami

Société de services aux artistes-interprètes : gestion des droits, aide financière aux projets, défense des intérêts et accompagnement de carrière.

Les missions

Les artistes-interprètes au cœur de nos missions

Vous êtes comédien, imitateur, marionnettiste, mime, diseur/conteur, artiste de cirque, cascadeur, musicien, chanteur, artiste lyrique, chef d’orchestre, chef de chœur, Dj, danseur soliste :

Nous gérons vos rémunérations secondaires pour l’exploitation de votre travail enregistré.

Nous finançons la création, la production et la diffusion de vos projets : enregistrements, spectacles, formations… dans tous les domaines et tous les genres artistiques.

Nous soutenons les nouveaux talents et vous accompagnons dans votre carrière.

Nous défendons vos droits en France et dans le monde.

Les droits des artistes interprètes sont liés au progrès des techniques de reproduction et de diffusion de leurs enregistrements.

Les droits des artistes interprètes

Pour bien comprendre, il faut revenir au principe d’équité et de reconnaissance du travail fourni par l’artiste interprète qui a fait naître ces droits.

Quand il/elle joue dans un film, quand il/elle enregistre une musique, une chanson, ce film est ensuite diffusé à la télévision, cette musique est diffusée à la radio, à la télévision, dans les commerces et dans les lieux publics, et le tout est copié par le consommateur final… il est normal que le chiffre d’affaires généré par ces exploitations soit partagé avec ceux qui en sont à l’origine, les artistes.

C’est pourquoi, après avoir conclu un contrat individuel avec un producteur, qui le rémunère pour son travail enregistré et sa première exploitation (ventes/streaming), l’artiste-interprète bénéficie de plusieurs types de droits qui, grâce à la gestion collective confiée à l’Adami en 1985, lui assurent des rémunérations prévues par la loi ou les accords collectifs :

  • Le droit à rémunération équitable couvre la diffusion de la musique à la radio, dans les commerces et dans les lieux publics.
  • Le droit à rémunération pour copie privée sonore et audiovisuelle est la contrepartie du droit accordé au consommateur de copier les enregistrements – si la source est licite – pour son usage personnel sur les clés USB, les CD et DVD vierges, les tablettes et les smartphones qu’il a achetés pour les voir et les écouter à sa guise..
  • Les droits de rémunérations issues de l’exploitation secondaire des interprétations des comédiens : après amortissement du budget du film, pour les exploitations de leurs films en vidéo, en vidéo à la demande, pour les ventes à l’étranger, les ventes en France sur le câble, la TNT…
  • Les droits pour l’exploitation internationale des enregistrements des artistes-interprètes, en vertu des accords de représentation que l’Adami conclut avec des sociétés étrangères de gestion de droits….
Retour en Haut