L'organisation

Aider les projets artistiques pour favoriser l'emploi des artistes

Une part des sommes issues de la copie privée revient aux artistes sous forme de soutien financier aux projets artistiques.

Chaque année, plus de 13 millions d'euros sont attribués par l'Adami à plus de 1000 projets dans tous les genres artistiques.

En 2014, plus de 22 140 artistes ont participé à des créations, des spectacles, des festivals, des enregistrements et des formations aidées par l'Adami.

Le Conseil d'administration subventionne directement les dossiers des grands événements professionnels et des actions d'intérêt général.

Il délègue à quatre commissions composés d'artistes élus, l'attribution des aides financières par genre de projets :

  • La commission dramatique instruit les projets théâtre, cirque et court-métrage
  • La commission variétés instruit les projets chansons, musiques du monde, traditionnelles, rock et musiques actuelles
  • La commission chefs d'orchestre et solistes de la musique, de la danse et du chant instruit les projets de musiques classique, lyrique, contemporaine, jazz et danse
  • La commission formation instruit l'ensemble des projets de formation professionnelle continue

Les demandeurs d'aide

Peuvent être artistes-interprètes, mais ils doivent obligatoirement passer par une structure. Soit l'artiste est hébergé par une structure, soit il a monté la sienne propre, soit il s'agit d'un producteur indépendant.

Le budget

Chaque année, l'Action artistique se voit allouée un budget d'environ 11 millions d'euros, alimenté par 25% des perceptions au titre de la copie privée et par la totalité des sommes disponibles provenant de la Rémunération équitable qui n'ont pu être réparties (comptes sans adresse) et sont utilisables dès la sixième année, avec prescription au bout de dix ans. Un budget que la société s'attache à lisser sur plusieurs années, afin d'éviter les trop grands écarts survenant dans l'évolution des perceptions.

Ce montant peut sembler modique par rapport à d'autres moyens, comme ceux du ministère de la Culture par exemple, mais il est important en ce sens que la plupart de ces projets, sans la participation de l'Adami et plus généralement des sociétés civiles, ne verraient pas le jour, sinon dans des conditions insuffisantes.

L'organisation de la direction de l'Action artistique

  • Odile Renaud dirige le service et suit les projets arts de la rue et cirque,
  • François Boncompain suit les projets jazz et festivals musiques actuelles,
  • Muriel Mourelot, tous les projets de variétés et de musiques actuelles (enregistrement, formation et spectacle),
  • Florent Lhuillier est chargé des projets danse, musiques classique  et contemporaine, 
  • Nadine Trochet ceux du théâtre et de l'audiovisuel.

Ces responsables de projets, secondés par deux assistantes, Nathalie Cruypelinck et Isabelle Amant, assurent l'interface entre les membres des commissions et les porteurs de projets.

Ils reçoivent sur rendez-vous les porteurs de projet qui  souhaitent, après avoir déposé leur demande d’aide en ligne, parfaire leur dossier, son montage financier ou exposer leur projet artistique.

Le vote à l'intérieur des commissions

Chaque dossier est présenté sous son aspect administratif, technique et artistique par l'un des cadres du service, puis un débat et enfin un vote ont lieu. Les décisions se prennent à la majorité absolue des élus présents. Les débats sont confidentiels et les refus non motivés.

Gestion des demandes d'aides en ligne

L’Adami gère les demandes d’aide en ligne via un espace de travail interactif entre les demandeurs d’aide financière, les membres de commission et le service de l’Action artistique.

A partir de ce site, les demandes d’aide se font exclusivement en ligne et les membres des commissions prennent connaissance des informations relatives au projet (mise à disposition par le demandeur) par consultation internet (écoute de CD, visionnage vidéo des dernières créations, maquettes, photos, site internet des artistes, revues de presse…).

Délais de dépôt des dossiers

Les commissions se réunissent tous les mois (sauf juillet et août). Les dates d'examen des dossiers sont conditionnées par les délais de dépôt de dossier qui varient de 1 à 3 mois avant la "réalisation" du projet détaillés dans les tableaux des critères d'acceptation (ligne "Divers").