Les Révélations classiques 2010

Eglise de Catllar

Abdellah Lasri - ténor

Camille Thomas - violoncelle

Aude Extrémo - mezzo

Luc Bertin-Hugault - baryton basse

Fanny Robilliard - violon

Guillaume Vincent - piano

Clémence Barrabé - soprano

Alexandre Souillart - saxophone

Salut

Le CD des Révélations classiques 2010 est disponible

Recevez le CD sur simple demande à 3a@adami.fr

 

Premier concert des Révélations classiques 2010

Les huit jeunes musiciens de la 14e édition des Révélations classiques de l'Adami ont donné leur premier concert dans le cadre du 60e Festival Pablo Casals de Prades.

> programme du concert - pdf 74 Ko

Photos : Adami/Thomas Bartel

Les Révélations classiques lyriques 2010

Les Révélations classiques instrumentistes 2010

Clémence Barrabé, soprano

Clémence Barrabé - Révélation classique Adami 2010

La soprano Clémence Barrabé commence des études de violon et de chant à Rouen auprès d’Angélique Gounod et Bernard Matherne. Parallèlement, elle étudie le théâtre et se produit dans les mises en scène de Thierry Morand, Nathalie Barrabé et Cyril Gely en tant que chanteuse et comédienne. Elle se perfectionne au conservatoire régional d’Aubervilliers-La Courneuve avec Daniel Delarue.
Elle chante dans La Traviata de Verdi sous la direction de Christophe Grapperon, La Chauve-souris de Strauss, Monsieur Choufleuri, La Vie parisienne (rôle de Clara) de Offenbach sous la direction de Daniel Delarue et La Bohême de Puccini sous la direction de Jean Roudon.
Elle chante dans des oratorios (soprane soliste de la Grand messe en ut de Mozart, Exultate jubilate de Mozart…) à Rouen et à Prague. Elle se produit régulièrement en récital et aborde le répertoire du lied et de la mélodie française. Elle chante le Feu dans L’Enfant et les Sortilèges de Ravel au festival du même nom à Nevers avec Josef Kapustka et à la Courneuve en 2008 et, en tant que soprano soliste, la grande Fantaisie pour piano et orchestre de Beethoven sous la direction de Michèle Ambrosetti. Elle chante dans La Traviata de Verdi au festival Lagny-Opérettes à Lagny sur Marne et Euridice dans Orphée de Gluck à la Courneuve sous la direction d’Yves Muller en juin 2009.
Elle participe à plusieurs Concours Internationaux (Marmande, Opéra de Marseille parrainé par Rolando Villazon, Opéralia parrainé par Placido Domingo), et y obtient 4 prix dont celui de la Chambre des Directeurs d’Opéra. Elle participe en décembre 2009 au concert Tremplin des Artiste Lyriques à l’Opéra d’Avignon.
Elle est également Eurydice dans Orphée aux Enfers de Offenbach en mars 2010 à Aubervilliers.
Elle sera l’invitée de Gaëlle Le Gallic en juin prochain dans l’émission La Cours des Grands et participera au festival Volcadiva à Royat en juillet 2010.

Luc Bertin-Hugault, basse

Luc Bertin-Hugault interprète en juin 2010 le médecin dans Pelléas et Mélisande dirigé par Sir John Eliott Gardiner à l’Opéra Comique. En 2010 et 2011, il chantera Sarastro dans la production de La Flûte Enchantée mise en scène par Peter Brook aux Bouffes du Nord et en tournée mondiale.
Né à Lyon en 1978, il est clarinettiste jusqu’à l’âge de 18 ans. Titulaire d’une maîtrise et d’un Capes de Lettres classiques, il enseigne trois ans dans l’Education nationale et parallèlement à sa profession, il commence son cursus de chanteur chez Robert Dumé au conservatoire du XIIème arrondissement de Paris puis chez Fusako Kondo au CNR de Paris. Il entre alors dans la classe de Glenn Chambers au CNSM de Paris puis dans celle de Malcolm Walker où il étudie actuellement. Il y obtient son prix de Musique de chambre. Il a participé à plusieurs master-class (notamment Teresa Berganza, Margreet Hönig, Philippe Huttenlocher, Christopher Underwood, Nathalie Stutzmann, Roger Vignoles, Maarten Koningsberger, Udo Reinemann). Passionné par de nombreux répertoires, il chante des œuvres lyriques : il fut Bartolo dans Le Nozze di Figaro, Rocco dans Fidelio à Limoges (direction Jean-Yves Ossonce), le Commandeur dans Don Giovanni à Besançon et à Limoges (direction Olivier Reboul, Guy Condette), le Curé et le Blaireau dans La Petite Renarde rusée de Janacèk à Rouen, Reims et Liège, Sarastro dans La Flûte Enchantée et Betto dans Gianni Schicchi au Festival Not’en Bulles, Don Quichotte dans l’opéra éponyme de Massenet au Théâtre de Chaumont et à Besançon,  Masetto dans Don Giovanni au Festival Escales lyriques de l’île d’Yeu, Collatinus dans The Rape of Lucretia de Britten, Aymar dans Rodolphe d’André David, Don Ruy Gomez dans Tres para una d’Augustin d’Assignies et Louis de Mieulles, l’Ogre dans Le Petit Poucet d’Isabelle Aboulker avec l’Ensemble Orchestral de Paris dirigé par Toby Purser et un Député Flamand dans Don Carlo de Verdi à l’opéra Bastille à Paris.
Il a interprété plusieurs symphonies, oratorios ou messes : La 9ème symphonie de Beethoven avec l’Ensemble Orchestral de Paris dirigé par Sean Edwards, A Child of our time de Michael Tippett, le Magnificat de Bach avec Chorus 14 dirigé par Dominique Sourisse, le Requiem de Mozart avec le chœur et orchestre du Hautbergier ; L’Enfance du Christ de Berlioz avec le Coge; Le Messie de Haendel avec l’ensemble Cantabile ; Lauda Sion de Mendelssohn ; La Lyre et la Harpe de Saint Saëns ; Le Printemps dans les Saisons de Haydn ; Messe de Mozart (K.49) ; La Passion selon Saint-Jean avec le chœur Charles Munch, le Stabat Mater de Haydn avec le chœur Ravennes, la Messe en fa de Bach avec Les goûts réunis (Dominique d’Aigremont) et les Cantates 62 et 21 de Bach

Aude Extrémo, mezzo-soprano

Aude Extrémo débute ses études de chant au CNR de Bordeaux de Septembre 2004 à Juin 2006 et remporte le premier prix du concours des Amis du Grand Théâtre de Bordeaux en Mars 2007 ainsi que le troisième prix de la catégorie Opéra au concours de chant de Béziers en Avril 2008. 
Elle se produit dans de nombreux oratorios tels que le Requiem de Duruflé, Stabat Mater  de Caldara, Stabat Mater de Madame de Grand Val, Stabat Mater de Pergolèse,  Petite messe solennelle  de Rossini, Requiem de Mozart, Requiem de Schumann et, récemment, le Requiem de Verdi.
Elle participe, en octobre 2005, à la fondation de l’association « Opéra Bastide », à Bordeaux, au sein de laquelle, elle incarne notamment Carmen, en Juin 2006 au théâtre de la Pergola à Bordeaux, dans une adaptation intitulée « Si j’osais Carmen », spectacle repris en octobre 2007 à la Base sous-marine de Bordeaux. Eve Ruggieri lui confie le rôle de Suzuki dans  Madama Butterfly de Puccini en juin 2008 au festival « Musiques au cœur » à Antibes.
Elle intègre l’Atelier Lyrique de l’Opéra Bastille à Paris en octobre 2008.
Elle est finaliste du concours international de chant Rimsky-Korsakov au Théâtre Mariinsky de Saint-Petersbourg en octobre 2008 et obtient en avril 2009 le premier prix du concours des « Jeunes talents lyriques » présidé par Michel Plasson.Elle débute à l’Opéra de Marseille dans Manon Lescaut  de Puccini (rôle du musicien) en novembre 2009, chante le rôle de Lieschen dans  Faust de Philippe Fénelon en mars 2010 à l’Opéra Garnier de Paris.
Elle interprète le Requiem de Mozart ainsi que le Stabat Mater de Pergolèse à l’Opéra de Limoges en mai 2010.
Elle interprétera le rôle du Page dans Salomé de Richard Strauss à l’Opéra de Monte Carlo en 2011 et le rôle d’Olga dans Eugène Onegin de Tchaïkovsky au théâtre de Vichy en septembre 2011.

Abdellah Lasri, ténor

Abdellah Lasri est né en 1982 à Rabat au Maroc. Il débute ses études musicales en autodidacte à 20 ans par la guitare et le solfège. En 2002, il chante dans plusieurs chorales dont la Chorale de Rabat dirigé par Louis Péraudin chez qui il prend ses premiers cours de musique et de chant. Il y chante en tant que soliste de 2002 à 2004. Durant la même période, il suit des cours de direction et de composition avec le compositeur Fortunat Frölich et le chef d’orchestre Oleg Rechtkine, et dirige la Chorale du Conservatoire national de Rabat. En 2004, il obtient une bourse du gouvernement français qui lui permet de commencer ses études musicales au Conservatoire de Bourgoin-Jallieu en Isère. Il y obtient en un an, les DEM de formation musicale et de chant.
Abdellah Lasri est alors reçu au CNSM de Paris où il poursuit ses études dans la classe de Glenn Chambers. Depuis 2002, il suit plusieurs master classes et se produit lors de récitals, de concerts ou d’opéras notamment au Maroc, Qatar, Jordanie, Suisse, Allemagne. En opéra il interprète le rôle du Prince charmant dans l’opéra La Forêt bleue de Louis Aubert dans une production de la Péniche Opéra. En avril 2007, il chante Remendado de Carmen avec l'opéra éclaté. Quelques mois après, il interprète l’intégrale des Canticles de Britten au Festival Messiaen avant d’assurer les parties solos dans plusieurs messes au festival de Saint-Céré. En 2008, Abdellah Lasri a été finaliste au Concours international de Nadia et Lili Boulanger et il se produit dans plusieurs récitals en Jordanie. Il a été Don Ottavio dans Don Juan de Mozart à la Cité de la Musique et à Besançon sous la direction d’Olivier Reboul ainsi qu‘à Dijon sous la baguette de Joël Suhubiette et mis en scène par Olivier Desbordes. En 2009, Abdellah Lasri se produit en Espagne en interprétant Petrus dans la Brockes Passion de Haendel sous la direction de Kenneth Weiss, et joue le Rôle du maitre d’école dans La Petite Renarde rusée de Janacek dans une coproduction de la Cité de la musique et de l’opéra de Rouen. Pendant l'été il a été  Paolino dans Il Matrimonio segreto de Cimarosa à Monaco et Alfredo dans La Traviata de Verdi au festival « Musique en Fronsadais », et  chante également Prosper dans La Vie parisienne d’Offenbach à l’opéra de Nancy en décembre 2009. En juin 2009 il obtient son diplôme de  formation supérieur du CNSM de Paris avec la mention très bien à l'unanimité avec les félicitations du jury et depuis septembre de la même année il est membre de l'opéra studio du Staatsoper Unter den Linden, où il interprète Parpignol dans La Bohème de Puccini, Spoletta dans Tosca, et Remendado dans Carmen de Bizet. Depuis septembre on a pu écouter Abdellah Lasri avec les chanteurs de l'opéra studio, entre autres en récital de lieder au Schiller Theatre, en spectacle d'opérettes allemandes au Staatsoper de Berlin ou en récital d'airs d'opéra et lieder à la scala de Milan et une version pour jeune public de l'étoile de Chabrier.
Pour 2010-2011, Abdellah Lasri sera Belfiore dans La Finta Giardiniera de Mozart, et chantera Monostatos dans La Flute enchantée, Spoletta dans Tosca de Puccini et un herault dans Don Carlo de Verdi. Il chantera dans un récital d'airs d'opéras de Berlioz à l'opéra de Nancy et des extraits de Faust de Gounod avec la chorale de Rabat au Maroc.

Fanny Robilliard, violon

Fanny Robilliard est née en 1987 dans une famille de musiciens. Elle débute le violon au CNR de Lyon, et obtient son prix en 2002. En septembre 2004 elle est admise à l'unanimité au CNSM de Lyon dans la classe de Marianne Piketty.
Au début de sa deuxième année, elle gagne le premier prix du concours "Appassionato" à Caen. Elle est invitée à se produire en récital, ainsi qu'en soliste avec l'orchestre de Caen sous la direction de Mark Foster, avec lequel elle interprète le Poème de Chausson.
Durant ses années d'études, elle se perfectionne aux contacts de grands professeurs tels que Rainer Schmidt (Salzburg International Summer Academy 2005), Yuri Volguin (Master Class International des Graaves 2006/2007), Olivier Charlier, Larissa Koloss... En octobre 2007 elle remporte le premier prix du concours international de violon d'Avignon, à la suite duquel elle se produit régulièrement en soliste avec l'OLRAP sous la direction de Jonathan Schiffman.
Elle se produit en récital dans plusieurs festivals, et joue devant des personnalités comme Seiji Ozawa, Mickael Frischenschlager, Ana Chumachenco, Jens Ellerman... En juin 2008 elle obtient son diplôme avec une mention Très Bien à l'unanimité du jury.
Fanny Robilliard est ensuite admise à la Hochschule für Musik und Theater de Munich, où elle suit un cursus de perfectionnement dans la classe d'Ingolf Turban. Pendant l'été 2008, elle se rend aux masters class internationales de l'Académia Chigiana, où elle est admise dans la classe de Salvatore Accardo.
Au commencement de sa deuxième année de perfectionnement à Munich, elle obtient un contrat de quatre mois pour travailler avec l'orchestre du Staatsoper.
En mars 2010, elle rentre à la fameuse académie d'orchestre du Bayerische Rundfunk de Munich.
Elle est engagée pour se produire en musique de chambre dans plusieurs festivals Bavarois (Traunstein, Stanberg) avec comme partenaires Ingolf Turban, Wen-Sinn Yang et Hartmut Rohde.

Alexandre Souillart, saxophone

Profondément passionné par le répertoire classique et original de son instrument, le saxophoniste français Alexandre Souillart mène également ses projets à travers les langages actuels via la création contemporaine. Depuis son parcours au CNSMD de Paris dans la classe de saxophone de Claude Delangle et dans les classes de musique de chambre et d’improvisation générative, il ne cesse de développer sa carrière de concertiste. Il a été invité dans de nombreux festivals en Europe et en Asie (Musica, 29th Japan Saxophone Festival, Taiwan, Thaïlande) et s’est produit à Paris en récital à l’Auditorium du Musée d’Orsay ainsi qu’en soliste à la Cité de la Musique dans le Concerto pour saxophone et orchestre de Henri Tomasi.
Nommé Révélation Classique Adami 2010, Alexandre Souillart est un artiste  soutenu par le mécénat musical Société Générale, la Fondation Meyer et les Fonds Tarrazi. En cours de préparation, son premier disque sortira courant 2011 dans la collection « Jeunes solistes ». Dans cet enregistrement, comme dans la plupart de ses projets, Alexandre Souillart collabore avec les compositeurs de son temps. Le disque est dédié à la création d’œuvres pour saxophone ténor, y figurera notamment la dernière pièce de Frédéric Durieux, Ubersicht II, dont il est le dédicataire. Musicien du quatuor de saxophones Osmose, Alexandre Souillart fonde également le duo Atyopsis avec le pianiste Matthieu Acar. Cette formation qui s’est déjà produite à Paris, à Londres et en Allemagne participera à l’édition du Festival d’Automne 2011 au Palazzetto Bru-Zane de Venise.
Lauréat de plusieurs concours internationaux en soliste et en musique de chambre (Saxiana, UFAM, Prix de la SACEM), Alexandre Souillart remporte cette année la 14e édition du Concours Avant-scènes du CNSMDP.
Alexandre Souillart est professeur (Diplômé d’état) en Ile-de-France (conservatoires de Puteaux et Villeneuve-le-Roi) et donne des master class en Asie. Chaque été il enseigne à l’Académie d’été de Bourg-en-Bresse.

Camille Thomas, violoncelle

Camille Thomas se perfectionne actuellement dans la classe de Frans Helmerson à la Hochschule für Musik de Cologne. Elle a été auparavant été l’élève de Marcel Bardon et de Philippe Muller en France, avant d’entrer dans la classe de Stephan Forck à la Hochschule für Musik Hanns Eisler de Berlin. Participant à de nombreuses master classes, notamment à Kronberg, Camille Thomas a bénéficié des conseils de plusieurs grands maîtres, parmi lesquels David Geringas, Wolfgang Boettcher, Natalia Shakovskaya, Steven Isserlis, Ralph Kirschbaum, Ivan Monighetti et Boris Baraz.
A 9 et 10 ans, elle obtient deux années consécutives le 1er prix à l’unanimité avec les félicitations du jury du concours Léopold Bellan à Paris. En 2007, elle remporte le concours européen Edmond Baert à Bruxelles, puis en 2008 le 7e concours international Antonio Janigro en Croatie, pour lequel elle reçoit également le prix spécial des Jeunesses musicales croates. En 2010, elle remporte à l’unanimité du jury le concours de la Yamaha Music Foundation of Europe. Elle est également sélectionnée pour donner des concerts par les fondations Villa Musica à Mainz et LiveMusicNow e.V. à Cologne pour les années 2010-2013. Elle est lauréate du Prix Raymond et Christiane Berthier de l’AMOPA. Elle s’est produite dans de nombreux pays d'Europe et a fait ses débuts en soliste en juin 2007 en jouant le Concerto de Dvorak avec l’orchestre Cappella Academica de Berlin, sous la direction de Kristiina Poska. La même année, elle est invitée à se produire en solo dans son école lors de l’Exzellenz Konzert, parrainé par Daniel Barenboïm.  Elle a donné en mai 2010 un concert à l’Arithmeum de Bonn avec le pianiste Henry Bonamy radiodiffusé par la radio allemande « Deutsche Welle ».
 Parallèlement à ses activités de soliste, Camille Thomas se passionne pour la musique de chambre. Elle est guidée dans sa formation par des musiciens tels que Tabea Zimmermann, Claudio Martinez Mehner, Paul Meyer, ainsi que des membres du quatuor Ysaÿe et du quatuor Vogler. Durant ses études à Paris, elle fait aussi partie de l’octuor de violoncelle Jean-Louis Florentz, supporté par l’association de la mairie de Paris "Paris jeunes talents".
Invitée au festival de Santander en Espagne à l’été 2009, elle y joue, le trio de Ravel avec Zackhar Bron et Elena Kiseleva. Musicienne éclectique, elle crée avec la comédienne Marie-Rose Carlié le spectacle poésie/musique Arthur Rimbaud ou la solitude du bateau ivre, donné à l’hôtel de Chaume et à la Cité des Arts à Paris en 2005 et 2006.
Camille est très reconnaissante du généreux soutien prodigué depuis deux ans par la DAAD (Deutsche Akademischer Austauschsdienst).
 Elle joue un violoncelle italien de 1783 d’Onorato Gragnani prêté par la Fondation Sinfonima de Mannheim et un violoncelle français Fernand Jacquot du début du XXe siècle.

Guillaume Vincent, piano

Guillaume Vincent est un jeune pianiste né le 9 octobre 1991 à Annecy. Il a commencé le piano à l’âge de 7 ans au Centre de Pratique Musicale d’Annecy avec Claudine Boymond. C’est à l’âge de 10 ans qu’il jouait son premier concerto, le 11ème de Haydn, avec l’orchestre du CPMA dirigé par Henri Murgier. A 11 ans, il jouait le 21ème concerto de Mozart, à 12 ans le 3ème de Beethoven. Ensuite, il s’est produit en concert en Suisse, au Portugal, en Hongrie et en Californie.
A 13 ans, il est invité, aux côtés du trompettiste David Guerrier, au Tremplin « Jeunes Talents » organisé par le Lion’s Club International au Théâtre d’Annecy. Il réussit le concours d’entrée au CNSMD de Paris en 2005 et entre en septembre dans la classe de Jacques Rouvier. Le 30 janvier 2007, lors d’un concert organisé par la Fondation de France au Conservatoire de Paris, il reçoit le prix de piano Drouet-Bourgeois 2006 et obtient une bourse pour poursuivre ses études. Il réussit brillamment ses examens de fin de première et deuxième année en piano et en Musique de Chambre avec une mention Très Bien à l’unanimité du jury. Il concourt en juin 2008 pour le Prix de piano du CNSMDP, où il a obtient la mention Très Bien à l'unanimité du jury. Il acquiert parallèlement son diplôme de formation supérieure. En septembre 2008, après le concours de Leipzig, il est sélectionné pour le concours «Young Concert Artists » à New York en janvier 2009 où il sera demi-finaliste. En tant que premier nommé, il est invité à jouer au Festival d’Usedom le 2 octobre 2008. En novembre 2008, invité par l’association « Jeunes talents », il joue à la salle des Archives nationales à Paris. En mars 2009, il est invité par Anne Quéfellec pour donner  un récital au Festival « Pianos en Saintonge » à Saintes. Le mois suivant, il est invité à jouer à la Fondation Singer-Polignac à Paris. Puis, il suit des masters-classes avec Aldo Ciccolini à La Chaise-Dieu, donne un concert à l’Opéra Comique à Paris dans le cadre du Festival Carmen. Le 2 et le 5 août 2009 et en avril 2010, il est invité à jouer au Festival de Deauville. En septembre 2009, il suit les master-classes de Jean-François Heisser à l’Académie Ravel de Saint-Jean de Luz où il est récompensé du Prix de l’Académie Ravel ainsi que du Prix des mélomanes de la côte Sud. A ce titre il est invité à se produire au printemps et à l’été 2010 à des festivals sur la Côte Basque et dans les Landes. En novembre 2010, il participera au XXème anniversaire des Musicales Gabriel Fauré à Annecy-le-Vieux. Il est actuellement en deuxième cycle supérieur au CNSMDP où il travaille auprès de Jean-François Heisser et Marie-Josèphe Jude. Au Concours Long-Thibaud d’octobre 2009, Guillaume a remporté le Troisième Grand Prix, le Prix de l’Orchestre National de France, le Prix de la Fondation Pierre Lacroix pour l’Art et la Musique pour la meilleure interprétation du concerto et le Prix de la Sacem pour la meilleure interprétation de l’œuvre contemporaine.

 

Cette opération est organisée par l’Association artistique de l’Adami. Créée en 1994 par l’Adami, elle concoit et produit des opérations et des événements permettant aux  artistes-interprètes professionnels de démarrer ou de poursuivre leur carrière dans les meilleures conditions.

Association Artistique de l'Adami
14-16 rue Ballu
75311 Paris Cedex 09 - France
tél : 01 44 63 10 00

Festival Pablo Casals de Prades

Concert de la 15e promotion
Révélations Classiques de l'Adami

Mercredi 3 août 2011 à 17h30
Eglise de Catllar

Document à télécharger

Découvrir les autres éditions