Les Révélations classiques 2011

Les révélations classiques 2011

Découvrez les huits jeunes musiciens de l'année : le premier concert de la nouvelle promotion des Révélations classiques de l'Adami est accueilli par le festival Pablo Casals de Prades, le mercredi 3 août, à l'Eglise de Catllar.

Gabriel
Bianco

guitariste


Romuald
Grimbert-Barre

violoniste


Yannaël
Quenel

pianiste


Louis
Rodde

violoncelliste


Kévin
Amiel
ténor


Marianne
Crebassa

mezzo-soprano


Sabine
Devieilhe

soprano


Jean-Gabriel
Saint-Martin
baryton

LES RÉVÉLATIONS CLASSIQUES DE L’ADAMI AU FESTIVAL DE PRADES

Mercredi 3 août – 17h30
Eglise de Catllar

Yannaël QUENEL – Piano
Jean-Philippe Rameau – L’Allemande (extraite du livre en la mineur)
Claude Debussy – La danse de Puck
Claude Debussy – Feux d’artifice

Jean-Gabriel SAINT-MARTIN – Baryton
Charles Gounod – Roméo et Juliette - Air de Mercutio « Mab la reine des mensonges … »
Gioacchino Rossini – La Cambiale di matrimonio –  Air de Slook , "Cavatina con Pertichini"

Romuald GRIMBERT-BARRE – Violon
Franz Waxman – Carmen – Fantasy

Marianne CREBASSA – Mezzo
Christoph-Willibald Glück / H.Berlioz  – Orphée et Eurydice – Air d’Orphée « J’ai perdu mon Eurydice … »
Gioacchino Rossini – Il Barbiere di Siviglia – Air de Rosina « Una voce poco fa ... »

Gabriel BIANCO – Guitare
Giulio Regondi – Introduction et caprice

Kevin AMIEL – Ténor
Charles Gounod – Roméo et Juliette - Air de Roméo « Ah lèves toi soleil … »
Giuseppe Verdi – Rigoletto – Air du Duc de Mantoue  « Ella mi fu rapita … »

Louis RODDE – Violoncelle
Robert Schumann – extraits du Fünf stücke in Volkston  Op.102 
                Mit humor
                Langsam
Gabriel Fauré – Sonate n°2 en sol mineur – Andante

Sabine DEVIEILHE – Soprano
Ambroise Thomas – Mignon  – Air de Philine « Je suis Titania la blonde … »
Leonard Berstein – Candide – Air de Cunégonde « Glitter and be gay … »

Accompagnement au piano Emmanuel Normand

 

Gabriel Bianco, guitare

Gabriel commence la guitare à l'âge de 5 ans. Issu d'une famille de musiciens, il rentre dès l'âge de 9 ans au Conservatoire à rayonnement régional de Paris dans la classe de Ramon de Herrera. À 16 ans il est admis 1er nommé au Conservatoire national supérieur musique et danse chez Olivier Chassain où il obtient un 1er prix à l'unanimité avec les félicitations du jury en 2008. Il a également bénéficié des conseils de Judicael Perroy.

Huit fois Premier Prix des plus grands Concours Internationaux (notamment à Vienne en 2006, à San Francisco en 2008, à Madrid en 2011), Gabriel Bianco a déjà donné des récitals partout dans le monde (Moscou, Pékin, San Francisco, Bogota, Madrid, Bergen, à Bucarest avec l'Orchestre National Roumain, à  l’Auditorium de l'Académie musicale de Poznan, au Conservatoire à rayonnement régional de Nice...).

Durant la saison 2009 - 2010, grâce au premier prix de la GFA, il effectue une tournée d'une cinquantaine de concerts sur le continent américain (Etats-Unis, Canada, Brésil, Mexique et Colombie). Il s'est également produit dans une trentaine de festivals de guitare (France, Allemagne, Espagne, Italie, République Tchèque, Slovaquie, Pologne, Hongrie, Roumanie, Grèce, Russie, Thaïlande, Inde...).

Depuis quelques années, Gabriel Bianco s'est distingué comme l'un des guitaristes les plus actifs de sa génération. Son répertoire, sans cesse renouvelé, composé aussi bien d'œuvres originales que de transcriptions, couvre toutes les périodes de la musique classique.

Son premier CD, sorti en 2009 sous le label Naxos, a reçu les éloges de la presse spécialisée, notamment dans Classical Guitar Magazine, Guitare Classique, La Guitarra, et a fait la couverture de Thaï Guitar Magazine.

Il a enregistré pour la télévision française (Mezzo), ainsi que pour TVR Cultura (Roumanie), et sur divers programmes radiophoniques (Gaëlle le Gallic sur France Musique, CBC Canada, la SRR Radio Roumaine).

Gabriel Bianco est soutenu par les cordes "Savarez/Correlli", et par les Flight Case "Karura".

Romuald Grimbert-Barré, violoniste

Romuald Grimbert-Barré est un violoniste, cinquième enfant d’une famille de musiciens avec laquelle il joue en concert régulièrement depuis l’âge de 10 ans.
Cette année là, il intègre le Conservatoire à rayonnement régional de Boulogne-Billancourt où il étudie avec Christophe Poiget jusqu'à l’obtention de son 1er prix à l’Unanimité à l’âge de 15 ans. C’est durant cette période qu’il passe ses premiers concours  internationaux et obtient plusieurs prix. Cela lui permet de se produire avec orchestre à plusieurs reprises dès l’âge de 12 ans en jouant  entre autre  le concerto de Paganini avec l’Orchestre Camerata de Perpignan en 2002.

 

Durant l’été 2004, Romuald rencontre Mauricio Fuks qui lui propose immédiatement de venir étudier aux Etats-Unis à l’Université d’Indiana de Bloomington avec lui. En obtenant la note la plus haute lors de son concours d’entrée, l’Université d’Indiana lui attribue une bourse complète du mérite pour y effectuer ses études.

 

Pendant les cinq années passées à Bloomington, Romuald est à diverses reprises violon solo de l’Orchestre de l’Université, Soliste, Lauréat de concours de Concerto Universitaire et sélectionné pour représenter l’Université d’Indiana durant différents concerts privés dont l’un à Washington pour des Sénateurs.

En 2007, Romuald obtient son diplôme de concertiste « Performer Diploma ». Cette année là il bénéficie d’une dérogation exceptionnelle qui lui permet d’effectuer son Master directement sans avoir à passer les 4 années de « Bachelor » l’équivalence de la Licence en France. Il intègre ensuite le Doctorat en 2009.

Romuald a récemment enregistré deux disques en tant que violon solo de l’Ensemble Grimbert-Barré. Il vit maintenant en France et est  inscrit depuis cette année dans la classe de musique de Chambre de Marc Coppey au CNSM de Paris.

Depuis janvier 2011, Romuald Grimbert-Barré joue un violon fait par Patrick Robin en 2008 à Angers, prêté par Mécénat musical Société Générale. Cet été, Romuald a été sélectionné pour participer au festival de musique de chambre d’Itzak Perlman à New-York et aux rencontres de Santander en Espagne. Romuald est soutenu par le Mécénat musical Société Générale.

 

Yannaël Quenel, pianiste

Yannaël Quenel commence l’étude du piano et du violon à l’école de musique de Bayeux dès l’âge de quatre ans. Il entre ensuite au Conservatoire National de Région de Caen en 1994, où il intègre la classe de percussion d’Yvon Robillard et celle de piano de Carine Zarifian.

Il obtient en 2004 son Diplôme d’Études Musicales de percussion avec la mention très bien. Parallèlement, il fréquente la classe de jazz pendant deux ans avec Richard Foy et Thierry Lhiver.

En septembre 2004, il rentre au Conservatoire National Supérieur Musique et Danse de Lyon, dans la classe de piano d’Edson Elias et de Thierry Rosbach, à l’unanimité du jury.

En 2006, il recoit le premier prix du XIIIème Concours international d’interprétation de musique contemporaine Montsalvatge à Girone (Espagne), en 2006, et obtient son DNESM mention très bien à l’unanimité avec les félicitations du jury en juin 2008.

Il termine en juin 2011 un Master sous la direction Lilya Zylberstein à la Hochschule de Hambourg.

Yannaël Quenel a reçu le soutient de la Williamson Foundation of Music, ainsi que Mécénat Musical, et fait partie des lauréats 2008 du programme Déclic Culture France. La même année, il est invité par Piano à Lyon pour donner deux concerts dans la cour du musée des Beaux-Arts de Lyon. En 2010, il donne un récital avec le flûtiste Clément Dufour dans la série Les Nouveaux Talents Yamaha à l’auditorium du Musée d’Orsay.

Il fonde en octobre 2008 le trio Morpheus avec la soprano Marion Tassou et le contrebassiste Yann Dubost dont le répertoire comprend des transcriptions ainsi que des créations ( Carlos Roqué Alsina, Jean-Yves Bosseur, Stéphane Borrel). Imprégné de la volonté de créer des transversales entre les différents arts, ils préparent actuellement un spectacle en collaboration avec deux compositeurs allemands et trois danseurs.

Pour son engagement dans l’échange culturel entre la France et l’Allemagne, il s’est vu décerner le Prix Universitaire Franco-Allemand placée sous le haut patronage des ministères des Affaires étrangères français et allemand en février 2010. Il  a été boursier DAAD sur l’année 2010/2011.

www.yannaelquenel.com

Louis Rodde - Violoncelliste

Louis Rodde débute le violoncelle au conservatoire du 12ème arrondissement de Paris où il étudie auprès de Philippe Bary et obtient les premiers prix à l'unanimité de violoncelle, musique de chambre et formation musicale. Il étudie également avec Philippe Muller avant d'entrer au Conservatoire national supérieur de musique dans la classe de Roland Pidoux et Xavier Phillips où il obtient un Master de violoncelle en 2010 avec la mention très bien. Il reçoit également les conseils du quatuor Ysaÿe au conservatoire à rayonnement régional de Paris au sein du trio Karénine qu'il a fondé en 2009 avec la pianiste Paloma Kouider et la violoniste Anna Göckel. Il se perfectionne actuellement auprès de Peter Bruns à la Hochschule de Leipzig au sein d'un cursus de "Meisterkalssenstudium". Il travaille également lors de master classes avec des artistes tels qu’Emmanuelle Bertrand, Hélène Dautry, Janos Starker, Tsuyoshi Tsutsumi, Natalia Shakhovskaia, Wolfgang Boettcher ou Gary Hoffmann.

En 2005, il remporte le 1er prix du concours de cordes d'Epernay et en 2006 le 2ème prix du concours international "FLAME" à Paris. Il donne de nombreux concerts à Paris et en Europe (Italie, Slovénie, Bulgarie, Grande-Bretagne, Espagne, Autriche, Pays-Bas, Allemagne, Pologne...), dans des salles telles que le Nouveau Siècle à Lille, le Musikverein de Vienne, le Palacio de Musica de Santander, le Théâtre du Ranelagh à Paris, ou encore le Bulgaria Hall de Sofia. Il s produit en solo avec orchestre ("Ashford Festival of Arts", Festival FLAME a Salzburg) dans les concertos de Haydn et Saint-Saëns, et en musique de chambre dans différents festivals et académies parmi lesquels le festival "Classiques d'Avenir", la Gustav Mahler Academy à Bolzano, l'Encuentro de Musica de Santander, l'académie internationale de Villecroze, le Musikforum Trenta du Wiener Philharmoniker, le Festival International de La Roque d'Anthéron dans le cadre des ensembles en résidence, l'Académie Ravel ou encore les Rencontres de violoncelle de Belaye. Il a ainsi l'occasion de se produire en concert auprès d'artistes tels que Daria Hovora, Vladimir Mendelssohn, Peter Cropper, Silvia Marcovici, Emmanuelle Bertrand, François Salque ou encore Miguel Da Silva. Il participe à plusieurs émissions sur France Musique, notamment avec son trio ("le magazine des festivals" présenté par Arnaud Merlin, "concert du matin" et "concert jeunes interprètes" présentés par Gaëlle Le Gallic, "Les invités d'Arièle" présenté par Arièle Butaux).

Egalement passionné d'orchestre, Louis est invité comme violoncelle solo de l'Orchestre Français de jeunes (2006) et de l'orchestre de la cité Internationale à Paris. Il est également violoncelle solo de l'orchestre de l'Académie de Santander sous la direction de Vladimir Ashkenazy en 2008, et est membre du Gustav Mahler Jugendorchester en 2008 et 2009. Il intègre en 2010 l'académie de l'orchestre du Concertgebouw d'Amsterdam, au sein duquel il donne de nombreux concerts sous la baguette de chefs tels que Mariss Jansons, Pierre boulez, Lorin Maazel ou Ivan Fischer

Au cours de la saison 2010-2011, Louis se produit entre autres aux festivals des "Rencontres de Belaye"(46), "Ravéliades" de Ciboure (64), "Musique à la ferme"(13), "Impromptus" (58), "Musique à Flaine" (74) ou encore à la Cité de la musique. Il  est également l'invité de l'Ensemble Parisien pour interpréter le concerto op. 104 de Dvorak.

Louis Rodde a reçu le soutien des fondations Meyer et SYLF, ainsi que celui de l'Académie de Villecroze. Il joue un violoncelle fait pour lui par le luthier Jean-Louis Prochasson.

   

 

Kévin Amiel, Ténor

Kévin Amiel débute ses études de chant en 2007, dans la classe de Claude Minich, puis intègre le conservatoire de Toulouse en 2008. Il est lauréat du Concours national lyrique de Béziers en 2007 et 2009, puis obtient le prix Jeune Espoir au 19e Concours international de Chant de Marmande (2008) et participe en octobre 2008 au Concours international de Chant lyrique de Toulouse, ainsi qu'au Concours Luciano Pavarotti dans lesquels il ira jusqu'en final.

Il se produit à Agen en octobre 2007, aux côtés de Maud Leizcuren, dans un récital organisé par Philippe Mestre et accompagné par Jean-Marc Fontana, il interprète des airs Napolitains ainsi que des extraits d'opéra de Verdi, Donizetti et Gounod pour des œuvres caritatives.

En Décembre 2007, Kévin Amiel est invité par Raymond Duffaut à l'Opéra d'Avignon, dans des duos extraits de Roméo et Juliette et La Bohème ainsi que le quatuor de Rigoletto.

Il rencontre Inva Mula pour une audition, ainsi que Placido Domingo, durant le Concours de Chant "Opéralia" au Théâtre du Châtelet à Paris.

Il est engagé par le Capitole de Toulouse en décembre 2008 dans la Périchole en compagnie de Karine Deshayes et Jean-Philippe Laffont. En octobre 2009, il remporte le 3e prix au concours international de chant à Marseille présidé par Rolando Villazon.

En 2010 il chante à l'Opéra de Marseille dans The saint of bleecker street de Menotti, et participe au concert en faveur de Haïti dans lequel il chante le brindisi de Traviata ainsi que l'air de La fille du régiment de Donnizetti « Ah! Mes amis quel jour de fête … pour mon âme ». En mai, il est invité à nouveau dans le rôle du « fossoyeur » de l'opéra Hamlet d’Ambroise Thomas.

Il part ensuite à Varsovie pour l'enregistrement de l'Opéra-bouffe L'hirondelle inattendue dans lequel il tient le rôle du « reporter », un concert y est donné et retransmis en direct de la radio polonaise dans le cadre du festival des Musiques interdites. Début juillet, il retourne à l'Opéra de Marseille pour participer à l'Opéra Shylock d'Aldo Finzi ainsi qu'à un concert en hommage à Joseph Beer. En avril 2011 il participe à une masterclass donné par Ruggero Raimondi, présentée par Alain Duault et filmé par France 3 sur le thème de La Bohème de Puccini.

Marianne Crebassa, mezzo-soprano

Marianne Crebassa étudie le piano ainsi que le chant au Conservatoire Régional de Montpellier dans la classe de Nicolas Domingues jusqu'à l'obtention en 2009 d'un DEM-Chant. Parallèlement, elle poursuit des études universitaires de Musicologie à la Faculté de Montpellier et obtient une licence.

En mai 2008, elle est engagée comme soliste dans Manfred de Robert Schumann à l'Opéra Berlioz avec l'Orchestre National de Montpellier sous la direction d'Hervé Niquet ainsi que dans la création de Fedra de Pizzetti sous la direction d'Enrique Mazzola pour le Festival de Radio France Montpellier Languedoc-Roussillon 2008. En Septembre 2008, elle interprète des extraits de Maddalena ai Piedi di Cristo d’ Antonio Caldara ainsi que la Cantate BWV 84 de Jean-Sébastien Bach dans le cadre du festival Chemins Sacrés en Languedoc-Rousillon sous la direction de Kanako Abe. En décembre 2008, elle interprète le Stabat Mater de Pergolèse avec le chœur d'Opéra Junior Montpellier.

Elle est en mai 2009 l'un des jumeaux du Martyre de Saint-Sébastien de Debussy, sous la direction d'Alain Altinoglu à l'Opéra Berlioz de Montpellier. Lors du Festival de Radio France Montpellier Languedoc-Roussillon, elle est Fatima dans l'opéra Zaira de Bellini sous la direction d'Enrique Mazzola. Elle interprète  les rôles de Mälchen et Hortense dans Friederike de Franz Lehàr dirigé par Lawrence Foster lors de ce même festival.

Durant l'année 2009, elle se produit en récital avec un quatuor à cordes formés de musiciens de l'Orchestre National de Montpellier dans des œuvres de Respighi, Bizet, Rossini, Gerschwin. Elle interprète le rôle de Brunehouille dans l'opéra-bouffe Tristoeil et Brunehouille de Georges Von Parys sous la direction de Kanako Abe à Montpellier. On a pu l'entendre en Juin 2010 dans le rôle de Flora dans La Traviata de Verdi mis en scène par Jean-Paul Scarpitta à l'Opéra Comédie de Montpellier sous la direction d'Alain Altinoglu. Elle est Isabelle Linton dans l'opéra Wuthering Heights de Herrmann pour le Festival de Radio France Montpellier 2010 ainsi que Clotilde dans Norma au Festival des Soirées Lyriques de Sanxay sous la direction de Didier Lucchesi.

En octobre 2010, elle entre à l'Atelier Lyrique de l'Opéra National de Paris. On la retrouve notamment dans le rôle d'Olga Olsen dans Street Scene de Kurt Weill à l'amphithéâtre Bastille, dans le rôle titre d'Orphée dans Orphée et Euridice de Gluck, version Berlioz, dirigé par Geoffroy Jourdain mis en scène par Dominique Pitoiset et Stephen Taylor au MC93 de Bobigny. Elle se produira dans Lulu d'Alban Berg ainsi que dans Rigoletto de Puccini lors de la prochaine saison d'opéra de l'Opéra National de Paris.

En juillet 2011, elle interprète le rôle-titre de La Magicienne de Halévy dirigé par Lawrence Foster au Festival de Radio France Montpellier.

Sabine Devieilhe, soprano

Après des études de violoncelle et de musicologie, Sabine Devieilhe entre en 2007 au Conservatoire national supérieur de musique et danse de Paris dans la classe de chant de Pierre Mervant puis de Malcolm Walker.

En 2006, elle remporte le Premier Prix du Tremplin Jeunes Talents d’Auray dirigé par Jean-Michel Fournereau, dans un duo de cabaret et en novembre 2009, elle est la lauréate du Concours des S'sentiels à Nantes.

Membre de plusieurs ensembles professionnels tels que Les Cris de Paris (direction Geoffroy Jourdain, Melisme(s) direction Gildas Pungier et Pygmalion direction Raphaël Pichon), ainsi que des Chœurs de l’opéra de Rennes de 2004 à 2007, elle se produit sous la direction de Jean-Christophe Spinosi, Jérome Corréas, Serge Baudo, Claude Schnitzler, Régine Théodoresco.

En avril 2009, Sabine Devieilhe est Lucia dans Le Viol de Lucrèce mis en scène par Emmanuelle Cordoliani au CNSMD de Paris, puis interprète l'été suivant les rôles de Lauretta dans Gianni Schicchi au festival Not'en bulles dans une mise en scène de Jean-Michel Fournereau et d'Yniold dans Pelleas et Melisande (mise en scène : Vincent Vittoz, direction musicale : Anne Le Bozec) au festival Messiaen.

Au cours de l’été 2010, elle s'est produite dans des œuvres de Rameau avec les ensembles Arte dei Suonatori et le Holland Baroque Society sous la direction d'Alexis Kossenko aux Festivals de Bruges et d'Utrecht, ainsi qu’avec L'Armée des Romantiques au Festival Klara de Bruxelles dans les Scottish songs de Beethoven aux cotés d'Alain Buet.

En 2010-11, elle participe à la reprise de Lauretta dans Gianni Schicchi à l'Amphithéâtre de l'Opéra Bastille ; se produit en concert sous la direction de Jean-Claude Malgoire avec l’ONDIF dans L’Enfant et les sortilèges sous la direction de David Levi, qu’elle reprend au cours de l’été 2011 dans une nouvelle collaboration avec Anne le Bozec et Vincent Vittoz. Elle est invitée à participer à la Masterclass de Barbara Bonney à Paris et en concert à Nîmes dans un programme Mozart. Avec l’Ensemble Pygmalion et Raphaël Pichon elle interprète La Passion selon Saint-Jean de Bach et Dardanus au Festival International de Musique Baroque de Beaune. 

Parmi ses projets : elle se produit notamment avec le B’Rock Barockorkest dans un programme Scarlatti, avec le Holland Symfonia dans des Cantates de Bach, avec Les Arts Florissants dans un programme Blow/Charpentier. En juillet 2012, elle fait ses débuts au Festival d’Aix-en-Provence dans Serpetta / La Finta Giardiniera (mise en scène : Vincent Boussard). Jean-Claude Malgoire l’invite pour La Sonnambula et Platée.

Jean-Gabriel Saint Martin, baryton

Né en 1980, Jean-Gabriel Saint Martin débute le chant au sein du Chœur d’enfants de l’Opéra de Paris sous la direction de Francis Bardot. On lui confie alors de nombreux rôles de soliste enfant dans Die Zauberflöte, Tosca à l’Opéra Bastille ou au Festival d’Aix en Provence sous la direction de nombreux chefs et metteurs en scène comme William Christie, Friedmann Layer, Robert Wilson, Robert Carsen...
En tant que baryton, il travaille avec Nicole Fallien, professeur qui le suit toujours actuellement, et obtient parallèlement une Maîtrise de Droit Privé à l’université en 2003.

En 2005, il intègre le CNSM de Paris dans la classe de Pierre Mervant et suit l’enseignement de nombreux professeurs réputés. Il se perfectionne par ailleurs en musique ancienne auprès de Michèle Ledroit au Conservatoire de Strasbourg, à la Fondation Royaumont avec Gérard Lesne et Rachid Safir, et à l’Académie Baroque d’Ambronay avec Martin Gester.
Il participe à de nombreux concerts d’oratorio et collabore par ailleurs avec Il Seminario Musicale ou encore A Sei Voci.

Sur scène, on le retrouve dès 2001 dans des opéras inédits de Bizet avec le Quatuor Arlequin ou dans Cosi fan Tutte de Mozart (Guglielmo) avec l'Orchestre Pasdeloup. Avec la Compagnie les Brigands, il participe à la tournée de l'opérette Ta Bouche de Maurice Yvain (Bastien), à La S.A.D.M.P. de Louis Beydts (Henri Morin) et Chonchette de Claude Terrasse (Charles) au Théâtre de l'Athénée-Louis Jouvet à Paris. Il interprète par ailleurs Papageno dans Die Zuberflöte sous la direction de Francis Bardot à l'Opéra de Marseille lors d'une soirée de gala, l'Horloge Comtoise et le Chat dans L’enfant et les Sortilèges de Ravel en tournée en France dirigé par François le Roux. Il prend part à plusieurs productions au Théâtre du Châtelet depuis 2008: Véronique de Messager (Eugène) mis en scène par Fanny Ardant, The Fly de Howard Shore (High Scientist) dirigé par Placido Domingo et mis en scène par David Cronenberg mais aussi Pastorale, opéra contemporain de Gérard Pesson (Hylas) sous la direction de Jean-Yves Ossonce et mis en scène par Pierrick Sorin.

Il est aussi un partenaire privilégié du Concert d'Astrée sous la direction d'Emmanuelle Haïm, et participe aux productions de Thésée de Lully au Théâtre des Champs Elysées et à l'Opéra de Lille (un plaisir, un vieillard) dans une mise en scène de Jean-Louis Martinoty, Dardanus de Rameau à l'Opéra de Lille, à Caen et Dijon (un phrygien) et plus récemment Agrippina de Haendel (Lesbo) à l’Opéra de Dijon et Lille dans une mise en scène de Jean-Yves Ruf.

Membre de l'Opéra Studio de l'Opéra National du Rhin de 2009 à 2011, il apparait à l’ONR dans de nombreuses productions: Richard III de Battistelli (Rivers, Catesby), Aladin et la lampe merveilleuse de Nino Rota (Le Génie de l’Anneau), Ariadne auf Naxos de Richard Strauss (Ein Perrückenmacher), Il Matrominio Segreto de Cimarosa (Il Conte Robinson) , Ali Baba ou les Quarante Voleurs de Cherubini (Ours-Khan), Don Pasquale de Donizetti (Dottore Malatesta), Hamlet d’Ambroise Thomas (Horatio) ou encore le Baryton solo dans Carmina Burana de Carl Orff et le Requiem de Duruflé. En 2011, il participe à la reprise de La Traviata de G. Verdi  (Marchese d’Obigny) à l’Opéra de Dijon et Caen dans la mise en scène de Jean-François Sivadier et sous la direction de Roberto Rizzi-Brignoli et Nicolas Chalvin, et est nommé « Révélation Classique 2011 – Artiste Lyrique » par l’Association Artistique de l’ADAMI.

Ses projets le conduiront en 2012 à l’Opéra National de Lyon et au Festival d’Aix en Provence pour l’Enfant et les Sortilèges de Maurice Ravel, puis Der Ferne Klang de Schrecker et Die Zauberflöte de Mozart à l’Opéra National du Rhin. Il fera en 2013 ses débuts à l’Opéra National de Paris dans la reprise de Giulio Cesare de Haendel avec le Concert d’Astrée sous la direction d’Emmanuelle Haïm.

Concert des Révélations Classiques de l'Adami au Théâtre des Bouffes du Nord

Le lundi 17 octobre 2011, concert exceptionnel des Révélations classiques de l'Adami en co-réalisation avec les Bouffes du Nord.

Clémence Barrabé, soprano, Révélation classique 2010

Alexandre Duhamel, baryton, Révélation classique 2009

Aude Extremo, mezzo soprano, Révélation classique 2010

Saténik Khourdoïan, violon, Révélation classique 2009

Abdellah Lasri, ténor, Révélation classique 2010

Alexandre Souillart, saxophone, Révélation classique 2010

Camille Thomas, violoncelle, Révélation classique 2010

Guillaume Vincent, piano, Révélation classique 2010

Seront accompagnés au piano par Sophie Teulon

Informations pratiques

20 h 30
Théâtre des Bouffes du Nord
37 bis, boulevard de la Chapelle
75010 Paris

Renseignements et réservations : 01 46 07 34 50 ou www.bouffesdunord.com
Prix des places : 23 et 15 euros

Découvrir les autres éditions